Ludovic Pessin, artiste peintre, vit et travaille dans le Nord. Son atelier est à Villeneuve d’Ascq. Sa peinture a fait l’objet de plusieurs expositions en région lilloise et à Paris.   Autodidacte, il crée son langage et sa manière de travailler. Ludovic a fait le choix d’une approche quasi primitive dans la réalisation de ses tableaux, basée principalement sur le geste, le mouvement, la spontanéité, tout en utilisant des outils simples et peu sophistiqués, voire aucun outil.

La série « Mouvements » initiée en 2020 convoque chez lui trois registres : la danse, l’écriture et la peinture. Son travail se fait avec la main à même la toile dans un geste spontané et improvisé. Chaque mouvement posé sur la toile est trace, mot, parole, geste, expression du corps. Aucune reprise n’est envisageable. Le corps bouge, la main danse, la parole s’imprime. Chaque couleur employée au fur et à mesure des mouvements se retrouve dans celle d’après, chaque trace laissée par le mouvement se nourrit de la précédente, comme un continuum. Les mouvements interagissent, chacun contribuant au tout. Peindre, danser, écrire relèvent d’un même mouvement. Il y est question avant tout de vie, d’énergie, d’engagement.

La série « Ecritures » (depuis 2020) est une prolongation de la série Mouvements.  La peinture se met au service du langage du corps, de la danse à travers une écriture spontanée et vivante. Cette écriture est une vibration qui pourrait aussi s’apparenter à une calligraphie. Une écriture pour laquelle l’entrée n’est pas dans le sens mais dans un ressenti, un vécu.

Avec la série des « paysages de quelque part » (2017 – 2019 ) il ouvre le champ du rêve, de la contemplation et se tourne vers un extérieur. Il travaille avec des « rouleaux préparés » faisant émerger de manière aléatoire des paysages oniriques qui viennent questionner le rapport à l’espace et au temps, à la trace et aux univers multiples.

« Rencontres » (2014 – 2018) se réfèrent principalement à nos espaces intérieurs, au monde des représentations qui peuvent nous habiter, s’y loger, s’y transformer, s’y répéter : Un monde fait d’archétypes. Son travail se fait principalement par frottements et grattages. Se frotter à, gratter et retirer pour toucher à l’essentiel.

Dossier de présentation: Ludovic Pessin Mars 22

Ludovic Pessin, painter, lives and works in the North. His studio is in Villeneuve d’Ascq. His painting has been the subject of several exhibitions in the Lille region and in Paris. Self-taught, he creates his language and his way of working. Ludovic has chosen an almost primitive approach in the realization of his paintings, based mainly on gesture, movement, spontaneity, while using simple and unsophisticated tools, or even no tools.

Contact: ludovicpessin@gmail.com /  +33(0)7 77 26 67 07

FB : @LudovicPessinPeintures

Instagram : ludovicpessin

Laisser un commentaire